Union des Arméniens du Centre - Actualité
Union des Arméniens du Centre - Actualité
Union des Arméniens du Centre - Actualité
Union des Arméniens du Centre - Centenaire
Union des Arméniens du Centre - Centenaire du Génocide arménien - Editorial
Union des Arméniens du Centre - Centenaire du Génocide arménien - Programme
Union des Arméniens du Centre - Centenaire du Génocide arménien - Expositions
Union des Arméniens du Centre - Centenaire du Génocide arménien - Projections
Union des Arméniens du Centre - Centenaire du Génocide arménien - Actions culturelles
Union des Arméniens du Centre - Centenaire du Génocide arménien - Partenaires
Union des Arméniens du Centre - Centenaire du Génocide arménien - Concert

Actualité

Contact

Plan d'accès

Centenaire

Mercredi 15 avril à 19h00 - Auditorium de la bibliothèque centrale de Tours


Philippe Ouzounian et Didier Marin, comédiens, liront les textes  de :

Jean Jaurès, discours à la Chambre des Députés (1896-1897),

Georges Clémenceau (1896), Anatole France et Francis de Pressensé.


Dès les premiers massacres de la fin du XIXe siècle, de nombreuses personnalités occidentales et notamment françaises se sont élevées pour que les nations du monde interviennent auprès de l’Empire Ottoman. Parmi elles des sommités du monde politique, dont les appels sont restés malheureusement sans conséquences.



Jeudi 16 avril à 19h30

Librairie Lire au Jardin, 5 rue de Constantine - Tours

Dimanche 19 avril à 16h00

Bibliochouette, 30 rue Nationale - La Croix-en-Touraine


Lecture de "La bâtarde d’Istanbul" de Elif Shafak

par Philippe Ouzounian

Elif Shafak

Mardi 14 avril à 19h30 - Salle des Mariages Hôtel de Ville de Tours


QUAND LA TURQUIE RECONNAÎTRA LE GENOCIDE ARMENIEN,

conditions et conséquences.


par Raymond-Haroutioun Kévorkian et Hasmit Bozarslan

Cent après le premier génocide du XXe siècle, la Turquie refuse toujours de reconnaître sa responsabilité historique, bien que l’opinion et les instances internationales l’y incitent. Il pourra paraître inéluctable qu’une reconnaissance soit un jour prononcée. Quelles en seraient les conditions (historiques, politiques, économiques) et quelles en seraient les conséquences (réparation, rétrocession des territoires...).

Raymond-Haroutioun Kévorkian

Hasmit Bozarslan

Samedi 18 avril à 15h00 - Salle polyvalente du lycée Paul-Louis Courier, 2 place Grégoire de Tours - Tours


LA LANGUE ARMENIENNE, identité d’un peuple


avec Agnès Ouzounian et Claude Mutafian


En partenariat avec l’Alliance Française de Touraine

L’arménien, rameau indépendant au sein de la famille des langues indo-européennes, est attesté depuis le début du Ve siècle, date de la création d’un alphabet qui parachève l’œuvre d’évangélisation. La mise par écrit de la version arménienne de la Bible, point de départ d’une riche littérature, s’accompagne de la traduction de textes grecs ou syriaques – et plus tard arabes et latins –, et de la production d’œuvres originales, essentiellement des chroniques historiques, qui contribuent à la fondation d’une identité nationale.

Parallèlement au développement d'une littérature de langue classique, une « fureur d'écrire » s'empare des Arméniens : les manuscrits sont enrichis de mémoriaux, les murs des églises et des monastères sont couverts d'inscriptions, les pierres à croix (khatchkars) portent des épitaphes, tout objet devient occasion d'écrire. Peu à peu, l'arménien classique utilisé à l'écrit pendant de longs siècles laisse la place à la langue vulgaire et, au milieu du XIXe siècle, l’arménien moderne (avec ses deux variantes occidentale et orientale) supplante la langue ancienne comme langue littéraire.

Agnès Ouzounian

Claude Mutafian